Direkt zum Hauptinhalt springen Direkt zum Hauptmenü springen

Les services d’analyse et les services de documentation

Artikel

Le dimanche 7 septembre 2014, le Bundestag allemand ouvrait ses portes au public. Désireux de se faire leur propre idée du travail parlementaire, les visiteurs ont investi en masse le Reichstag et les immeubles Paul Löbe et Marie-Elisabeth Lüders à l’occasion de cette onzième journée Portes ouvertes. Ils ont ainsi pu découvrir de très près ce que beaucoup de citoyens ne connaissent que de loin ou par ce qu’ils en voient dans les médias. Quelque 23 500 personnes ont pu jeter un œil dans les coulisses de l’activité parlementaire, que ce soit dans les séances des commissions, dans la salle des assemblées plénières ou lors d’un débat sur le conflit en Ukraine.

Une journée historique et ensoleillée

« Nous avons déroulé pour vous le tapis rouge, venez découvrir le parlement, la clé de voûte de notre démocratie. » C’est par ces mots que Johannes Singhammer, vice-président CDU/CSU du Bundestag, a accueilli le dimanche matin quelque deux cents visiteurs devant l’entrée Ouest du Reichstag, soulignant également le caractère « mémorable et historique » de cette journée, puisque le Bundestag fêtait son 65e anniversaire. En effet, le 7 septembre 1949, le Bundestag s’était réuni pour sa première séance et, depuis, « bien des choses se sont passées ».

Dans la salle des pas perdus, une remarquable exposition de photos retraçait l’histoire du Bundestag et des salles des séances plénières. Johannes Singhammer a donné à tous les visiteurs l’occasion de s’informer sur le fonctionnement de la politique et de se faire une idée de l’environnement de travail des députés au Bundestag. Le soleil était de la partie, tout comme l’orchestre d’harmonie de Köpenick, qui a joué de grands succès des Beatles, rapidement repris par quelques visiteurs très en voix.

Le Bundestag se dévoile à un public international

De nombreux visiteurs étrangers étaient venus afin de découvrir par eux-mêmes la politique allemande. « À Londres, cela ne serait pas possible », a constaté Fran Brownlie, une jeune étudiante anglaise en histoire, étonnée de pouvoir se déplacer à l’intérieur du Reichstag, alors qu’elle ne le connaissait que par les livres. Marta Borgosz (Pologne), qui vit à Berlin depuis sept ans, n’avait pas encore eu l’occasion de visiter le Bundestag. C’est maintenant chose faite, avec son fils et sa mère, et elle est très impressionnée par la coupole et par la vue qu’elle offre sur la ville.

Imani Mufti, jeune touriste pakistanais de vingt ans, se montre, lui aussi, enthousiaste à sa sortie de la salle de recueillement mise à la disposition des trois grandes religions – l’islam, le christianisme et le judaïsme. « Je trouve que le Bundestag fait preuve d’un respect et d’une tolérance fantastiques vis-à-vis des religions. C’est très important, en particulier dans la situation difficile que nous connaissons actuellement. Je pense qu’une telle salle devrait avoir sa place dans tous les parlements du monde. »

Rencontres avec les responsables politiques

Non loin de la salle de recueillement, sur la tribune des visiteurs, Claudia Roth, vice-présidente (Alliance 90/Les Verts), a retracé l’histoire de l’aigle fédéral qui domine l’hémicycle et expliqué les missions et la répartition à l’intérieur de la salle des séances plénières. Des impressions du Bundestag étaient mises à la disposition de toute personne intéressée, et à l’étage des groupes parlementaires, les visiteurs pouvaient s’informer sur le travail des quatre groupes qui siègent au Bundestag.

Parallèlement, le premier débat en panel de la journée, qui réunissait des députés de la commission des finances sur des questions d’actualité de la politique fiscale et financière, avait lieu dans l’immeuble Paul Löbe. Ces échanges entre spécialistes ont été suivis par un public très attentif, dont la question principale était de savoir quand les impôts baisseront.

Un riche programme musical et artistique et des jeux pour les enfants

L’affluence était grande dans l’espace réservé aux plus jeunes visiteurs : des enfants au maquillage haut en couleur ou tenant d’énormes ballons s’amusaient comme des fous au milieu des stands de l’administration du Bundestag dans l’immeuble Paul Löbe. Les portes du Bundestag sont restées ouvertes jusqu’à 20 heures. Une passionnante visite guidée dans les différents bâtiments a permis aux amateurs d’art d’apprécier, entre autres, des œuvres de Neo Rauch, Richter et Beuys.

Un rapport franc et sincère avec l’histoire

De nombreux visiteurs se sont arrêtés devant les nombreux graffitis en cyrillique à l’intérieur du Reichstag et ont questionné avec intérêt le personnel du service d’accueil des visiteurs. Pour Wilhelm Neitzel, 79 ans, il est très émouvant de se trouver devant ces murs recouverts d’inscriptions au charbon de bois laissées par les soldats de l’Armée rouge après la victoire remportée en 1945 sur l’Allemagne hitlérienne. Son père est mort à la guerre et sa famille a été expulsée de Pologne. Aujourd’hui, Wilhelm Neitzel vit à Heringsdorf, sur la Baltique, pour être près de l’endroit où il a grandi.

C’est sa première visite au Bundestag et il n’aurait jamais imaginé qu’il soit possible de raconter et de vivre l’histoire de manière aussi vivante. Il n’en revient pas que l’Allemagne puisse avoir un rapport aussi franc et sincère à son histoire. Dans quelques instants commence la première visite guidée de la collection d’œuvres d’art du Bundestag, suivie de la visite guidée des archives parlementaires et de la bibliothèque. « J’aimerais repartir en ayant vu un maximum. Je suis venu spécialement à Berlin pour ça aujourd’hui. » C’est un programme bien chargé, mais passionnant, que Monsieur Neitzel s’est concocté pour sa première visite au Bundestag. (abb/07/09/2014)

Marginalspalte